* Bien choisir son couteau ! Pour quel usage ? *

  • Vous trouverez dans cette rubrique une liste de questions que vous devrez impérativement vous poser avant l'achat de votre couteau. Une fois que vous aurez choisi le type de couteau qui se rapproche le plus de votre besoin, vous devrez vous poser la question du prix . En effet, on ne peut plus aujourd'hui, se fier uniquement à la renommée des marques ! Des marques prestigieuses tels que Buck, Spyderco, Benchmade, CRKT, Puma, Gerber, Boker ont délocalisé une partie de leurs productions dans des pays à faible coût de main d'oeuvre. Vous trouverez dans ces articles les trucs vous permettant de déceler toute tromperie sur la marchandise.     

* Les différents types de couteaux *

  • Cet article a pour but de vous aider et de vous orienter dans le choix de votre couteau. S'agit-il d'un couteau de poche à utilisation limitée ou bien un outil pour un usage intensif ? Lame fixe ou lame pliante?

  • Pour un usage quotidien, il est préférable d'opter pour un couteau pliant. Si vous souhaitez un couteau pour un usage occasionnel, les couteaux dont les manches sont en bois nobles, en cuir, en os, corne, ivoire... sont faits pour vous. D'autant plus qu'il ne faut pas nier que ces matériaux "nobles" ont des textures et des qualités esthétiques indéniables. Les couteaux scandinaves et japonais sont exemplaires, alliant esthétismes et technicités. Si ces couteaux conviennent parfaitement comme couteaux de chasse, de champs et de forets, ils conviennent mal en milieu nautique, mer ou rivière ! Dans ce cas vous devriez vous orienter vers des couteaux modernes dont les manches sont en matériaux synthétiques, fibre de carbone, G-10, micarta, fiberglass, FRN, KYDEX, ZYTEL . Ces couteaux modernes disposent souvent d'un clip de ceinture et d'un dispositif d'ouverture "une main", sous la forme de trous, ou d'ergots  sur le haut de la lame.
  • De même, optez pour un couteau avec un système de verrouillage de la lame en position ouverte. Les systèmes de verrouillage sont nombreux, variés et sûrs : lockback - pompe - linerlock... Facilement accessible à la ceinture ou en haut d'une poche; Avec ces systèmes vous pouvez tenir d'une main ce que vous devez couper, et avec l'autre main ouvrir le couteau. La lame sera maintenue en position ouverte sans danger ! Ces couteaux modernes sont très appréciés pour toutes applications nautiques. Les couteaux pliants, ces dernières années, ont connu des développements tels, qu'ils sont aujourd'hui fiables, solides et sûrs.
  • Pour les couteaux à lame fixe, ils correspondent plus à un usage en extérieur. Ils sont appréciés par les randonneurs, chasseurs,  hommes des bois, bûcherons . Les couteaux à lame fixe sont également utilisés comme couteaux de pêche et de plongé. En effet grains de sable et salpêtre peuvent altérer certains systèmes de verrouillage. Enfin les  couteaux de cuisine sont généralement des couteaux à lame fixe. 
  • Longueur de lame: Pour un pliant, le bon compromis tourne autour d'une lame de 8 à 10 cm. Ces dimensions sont tout à fait raisonnables et permettent de faire tous les travaux nécessaires. Dans le cas de couteaux à lames fixes types "Outdoor", les lames entre 9 et 16 cm sont les plus utilisées.

  • En ce qui concerne les lames, choisissez un acier martensitique moderne : AUS-6, AUS-8, 440C, GIN-1, ATS-55... Pour ma part, j'ai une nette préférence pour l'ATS-34, acier très résistant, peu oxydable et en même temps assez facilement aiguisable. Produit au Japon, il est fabriqué aux Etats-Unis par "Crucible Metalurgie INC" sous le nom de 154CM; c'est un acier voisin de l'ATS-34 aux propriétés remarquables. Cet acier est utlisé par Benchmade,  Gerber et Spyderco pour certain de leurs modèles. L'acier 154CM n'a pas pu s'imposer face à l'ATS-34 car trop onéreux et légèrement moins performant . Le D2, avec un bon traitement thermique, est un acier digne d'intérêts . Le S30V propose une fiabilité hors-norme, mais reste cher. Tous les aciers frittés ZDP-189, Cowry-X, SGPS sont incomparables mais très onéreux. Enfin, les aciers VG-1 - 2 - 5 -10 sont des alliages "à tout faire", très bons en usage quotidien.

  • Pour les étuis, le cuir est très joli, mais il s'use, se déforme et n'apprécie pas outre mesure l'humidité. Un étui en cordura ou en Kydex est plus résistant et même plus pratique avec ses possibilités de port modulaire (en haut, en bas, sur le côté...)

  • Couteaux avec ou sans dents ? Telle est la question... Tout dépend encore une fois de l'usage. Si vous voulez couper des ceintures de sécurité, des cordages (voile, montagne), des liens plastiques, du carton épais, alors les dents sont faites pour vous. Elles ont l'avantage de couper à peu près tout, et elles tiennent mieux l'aiguisage. L'inconvénient réside à la difficulté de réaiguiser (On y arrive avec le triangle Spyderco) et en outre ces lames ne coupent pas droit. En effet pour avoir une denture, la lame a un profil "chisel", c'est à dire un profil de lame asymétrique .
  • Si en revanche, vous souhaitez des coupes précises ou fines , préférez alors une lame lisse. Bien aiguisée et dans un bon acier, elle coupera presque tout (certes moins facilement) mais droit !
  • Enfin si vous n'arrivez pas à vous décider, sachez que la plupart des couteaux sont proposés aussi avec des lames mixtes, dites "combo", la partie avant étant lisse et l'arrière à dents. Beaucoups de Spyderco et Benchmade sont des couteaux à lame "Combo".
  • Couteau ou outil multi-usage ? La réponse est simple : les deux ! En effet, les lames présentes sur les couteaux suisses et les tools modernes (Leatherman, Gerber...) sont des lames de canifs. Vous avez donc besoin d'un multi-tool pour les pinces, scie et autres limes, et d'un couteau, un vrai, pour couper.
  • En conclusion, il est important de souligner qu' aucun couteau n'est parfait ! il se rapprochera plus ou moins bien, de votre besoin.                                                                                   

* Choix du couteau: Souvent un dilemme ! * 


  • Prenons le cas d'un amateur de pêche en mer qui a besoin d'un bon couteau pour couper des languettes d'appâts divers tels que languettes de calmars ou de sèches, fleurettes de maquereau, pieds de couteaux etc ... puis à la fin de la journée de pêche de vider le poisson.
  • Pour ce genre de travail un couteau à lame fixe est souhaitable. On peut trouver des couteaux dont la lame est en acier 420 à partir de 30 €, en acier 440 avec étui à partir de 40 €. Mais on peut aussi opter pour un couteau japonais qui nous rendra de multiples services des années durant. Là aussi, il y a des choix qui posent souvent un dilemme. Prenons le choix suivant entre deux couteaux de pêche provenant d'un même fabriquant, et d'un prix similaire.     
    




        * G.SAKAI *

- Modèle OCEAN FISHING


  • Longueur Totale : 218 mm
  • Longueur de lame : 105 mm
  • Type d'acier : ATS-34 - 61 HRC
  • Poids : 90 gr
  • Manche : Caoutchouc
  • Etui : Cuir

  • Note global de l'acier : 83/100  (voir rubrique : Classification)
    




        * G.SAKAI *

- Modèle SABI KNIFE 3


  • Longueur Totale : 245 mm
  • Longueur de lame : 135 mm
  • Type d'acier : H1 - 57-58 HRC
  • Poids : 110 gr
  • Manche : Ebène traité
  • Etui : FRN
  • Vis et rivets : Acier SUS-304

  • Note global de l'acier : 85/100
  (voir rubrique : Classification)
  • Le prix de ces 2 couteaux est voisin. Le modèle Océan Fishing posséde un tranchant supérieur mais surtout sa dureté de 61 HRC permet à la lame de garder sa qualité de coupe longtemps. Par contre si vous décidez de laisser le couteau à bord 1 semaine ou plus sans le rincer, vous risquerez d'être déçu. Si l'acier ne sera pas piqué en profondeur, il aura jaunit et devra être traité à l'aide de pâte à couteau . L'ATS-34 est un excellent acier mais doit être impérativement rincé à l'eau douce après chaque utilisation marine.

  • Le modèle Sabi Knife 3 possède un bon tranchant voisin de l'acier 440, mais qui ne peut pas rivaliser avec celui obtenu avec l'ATS-34. La dureté de l'acier H1 de 57-58 HRC, ne permet pas de garder le tranchant de la lame longtemps. Par contre le réaffûtage de la lame est très aisé. Sa qualité: Vous pouvez l'oublier à bord d'un bateau des mois durant, il ne rouille pas. Nous avons réalisé des tests avec des morceaux de maquereau oubliés sur la lame pendant 2 semaines. Après nettoyage à l'eau de mer, la lame était comme neuve ! surprenant !

  • Vous aurez donc à vous décider entre 2 choix : Priorité  au tranchant ou à l'inoxydabilité  ? Un dilemme !

* Bien choisir son couteau ! A quel prix ? *


  • Lors de l'achat de votre couteau, vous achetez un objet et un outil. Je différencie volontairement ces deux parties car avant de prendre le couteau en main, votre oeil, votre regard se seront arrêtés sur un modèle précis. Là, votre choix favorise l'objet "couteau". Le prix pourra dépendre principalement du coût du manche ; utilisation d' ivoire, phacochère , bois précieux, incrustations , mitres travaillées, voir mitres en argent, lames gravées, sont des plus qui augmentent le prix final du couteau. On ne peut pas nier l'esthétisme de l'objet couteau sur l'achat final. En effet, certains couteaux sont des oeuvres d'art. Donc le prix de votre couteau dépendra en partie du design de celui-ci et des matériaux utilisés dans la fabrication du manche. Je n'aime pas beaucoup parler de ce thème car il y a le phénomène "coup de coeur" qui influence chacun d'entre nous.

  • L'outil couteau : Il est important de se rendre compte que le prix de fabrication de l'acier de nos couteaux varie de 1 à 100 !!! Quelquefois vous achetez un saucisson et un couteau vous est offert ! Le coût de ce couteau ne dépasse pas 0.75 €. La lame n'est même pas trempée ! Vous trouverez dans ces quelques lignes quelques trucs qui vous permettront d'éviter les pièges et arnaques lors de votre achat. Rien à la vue, ne différencie un bon couteau d'un mauvais ! Et je ne parlerai pas de contrefaçons qui me révoltent.
  • Choisissez une lame avec un bon acier. Eviter tous couteaux dont l'acier n'est pas authentifié sur la lame. C'est au mieux de l'acier 420, à éviter. Quelquefois vous trouverez sur la lame "Inox". Ce sera bien sur de l'acier 420 . Cet acier économique est aujourd'hui obsolète, peu tranchant et difficile à affûter. Utilisé entres autres par Herbertz dans la fabrication de couteaux chinois économiques . Les aciers 420HD (Buck), 1.4116 (Puma), 440A, 12C27, AUS6A sont des aciers développés dans les décennies 1950-1980. Ces aciers inox sont encore largement utilisés et les lames obtenues sont décentes. Par contre ce sont des aciers relativement économiques dont le prix des couteaux de poche ne doit jamais dépassé 100 €.  
  • Les aciers modernes d'aujourd'hui sont largement utilisés dans la fabrication des lames de nos couteaux : Acier 7Cr17MoV (acier chinois proche du 440A), 8Cr13MoV (acier chinois), G1 , 9Cr18Mo (acier chinois proche du 440B), 440B, AUS8A, G2, VG-1, 440C, Cr12Mo1V1 (acier chinois proche du D2), 19C27, AUS10A, VG-10. J'ai classé ces aciers selon leurs prix de production. Ces aciers sont performants et équipent bons nombres des lames de couteaux modernes. Les aciers chinois mentionnés ici permettent d'obtenir des lames dont le tranchant est correct, et le prix compétitif (souvent 50-80 €). Les aciers 440C et 19C27 (suédois) permettent d'obtenir de bonnes lames à des prix compétitifs . Les lames japonaises AUS8A, 10A, G2 ou 3 et VG-10 sont plus onéreuses mais de tranchants performants. Elles sont généralement signés du nom de la coutellerie, ou bien du lieu de fabrication (souvent Seki). 
  • Les aciers martensitiques les plus performants ont tous des dureté de 60-62 HRC : N690, D2, G3, 154CM et ATS-34. Parmi ces aciers le D2 et l'ATS-34 sont des aciers des années 80. Par contre ils ont été largement améliorés par "Hitachi Steel" et sont utilisés par les deux meilleures coutelleries du monde : HATTORI et G.SAKAI . Les lames obtenues avec ces aciers ont des tranchants sans appel !
  • Lames en aciers frittés. Toutes les lames réalisées à l'aide de ces aciers sont des lames d'exception ! Elles sont toutes performantes mais très onéreuses ! TOP PRODUIT : CPM 154 - CPM S30V - CPM S90V (3 aciers frittés américains produit par Crucible Particle Metallurgy), SGPS (acier fritté japonais utilisé par Fallkniven), R2,  Cowry-X, ZDP-189 (acier japonais). Il existe d'autres aciers frittés. Toutes ces lames sont signées. Les prix de ces couteaux dépassent généralement 200 € pour une lame de taille moyenne.
  • Points à vérifier lors de votre achat: La lame doit être signée du fabricant. L'acier utilisé est généralement indiqué. Dans le cas contraire, méfiance. La majeure partie des grandes marques (Puma, Boker, Buck, Benchmade, CRKT, Spyderco, Sog etc...) ont délocalisé leurs productions pour des pais à faibles coûts de main d'oeuvre, et ont gardé une petite partie de leurs productions dans le pais d'origine. Souvent vous vous trouvez devant des couteaux similaires, de la même marque, mais dont les prix varient de 1 à 4 !!! c'est fréquent chez Spyderco et Benchmade. Le type d'acier utilisé par Spyderco est toujours indiqué et les couteaux sont censés être montés au USA. Les lames produites au Japon sont signé "Seki". L'acier peut-être du G2, de l'AUS8A, de l'ATS-34, du VG-10, du ZDP-189, du H1 toutes ces lames sont fabriquées par G.SAKAI . Les lames en CPM-154, en CPM S-30V et 154 CM sont seules 100% fabriquées aux USA. Spyderco utilise quelquefois des lames en aciers chinois 8Cr13MoV. Spyderco produit également des couteaux 100% chinois sous la marque "Byrd", à des prix très compétitifs. Pour les couteaux Benchmade, c'est plus difficile. Le haut de gamme est assemblé aux USA. Un truc : Tous les couteaux "Benchmade" sont signés d'un papillon. Entre les 2 ailes vers le bas, est indiqué "USA" si le couteau a été usiné aux USA. Dans le cas contraire, il s'agit d'un couteau chinois. Autres exemples un couteau "Puma" est fabriqué à Solinguen, un couteau "PUMA IP" est fabriqué en Espagne, un couteau "Puma Tec" est chinois; par contre ils ont tous le même emblème : une tête de Puma. Cela peut induire à la confusion.
  • Attention aux arnaques ! Je vends depuis des décennies des couteaux "Sabatier", l'un des meilleurs couteaux de cuisine de France. (couteaux forgés). Un petit malin a déposé la marque "Sabatier international" à Thiers et fait fabriquer ses couteaux au Pakistant. Il va de soit que sur la lame, "SABATIER" est en gros caractères et "international" en tout petit. Je ne parle pas des "Laguiole" pakistanais ou chinois. Alors méfiance, des copies traînent !

  • La qualité du montage du couteau. Le dernier point à étudier avant d'acheter votre couteau est de vérifier la qualité du montage. Etudier le soin apporté à l'assemblage des divers pièces des couteaux à lame fixe. Dans le cas de couteaux pliants, ces derniers sont usinés aux 1/100ème de mm. Les couteaux à l'achat ne doivent avoir aucun jeux ! Ouvrer et fermer plusieurs fois votre couteau. Le "Clic" obtenu doit avoir toujours la même sonorité ! Un couteau onéreux doit toujours présenter un montage sérieux et précis , garantissant un usage optimum et pour longtemps. La précision apportée au montage a une incidence sur le prix final du couteau. En conclusion : Vérifier le manche et la qualité des matériaux utilisés à sa construction. Evaluer le coût et la qualité de l'acier de la lame du couteau. Enfin évaluer la qualité et la précision  du montage, ainsi que le système de verrouillage.                         
       
         

* Méfiez-vous des Pub mensongères !!!

  • Si vous êtes un passionné de la pêche en mer, vous lisez certainement des magasines tels que " La pêche en mer", " Bateaux ", " Voiles " ...  où vous pouvez trouver de la pub lié à l'utilisation de couteau "prétendus" INOX spécial "Marine". Si vous pratiquez la pêche en mer, la législation vous oblige à couper la "caudal" de la queue des poissons pêchés. Vous trouverez de la pub concernant des ciseaux et couteaux "COUPE-QUEUE" INOX (Voir pub Flashmer, Rapala, Marttiini ...) .  Si par hasard, vous laissez ces instruments  à bord de votre bateau plus d'une semaine, ils se terminent en tas de ferraille rouillée !!! INOX signifie : "Peut résister à l'humidité sous certaines conditions" ! La pêche en mer publie souvent, des pub mensongères . C'est de bonne guerre, il ne faut pas être naïf ! Il n'y a q'un seul acier de coutellerie résistant 100% à l'oxydation marine et  permettant de fabriquer des lames de couteau : L'"acier H1". Un autre acier digne d'intérêt en application nautique  : L'acier 420J2. (Voir : Classification / résistance à l'oxydation). Cet acier moderne est très peu carburé et par conséquent, possède une dureté faible: 52-53 HRC. Néanmoins cet acier résiste bien à l'oxydation marine et présente également une bonne résistance mécanique. Pour cette raison, il est utilisé par Hattori, l'un des meilleurs couteliers mondiaux, pour la fabrication de couteaux de plongé et de parachutisme haut de gamme. En résumé, si vous possédez un bateau, aucun outil tranchant ne doit être abandonné à bord , car il rouillera ! Sauf les lames en acier H1 ! Vous pouvez me répondre que les manilles Inox "Wichard" résistent parfaitement à l'oxydation marine, ce qui est rigoureusement exacte. L'acier utilisé ici est un acier austénitique à très forte concentration de Cr et de  Ni et presque pas de carbone; cet acier est parfaitement Inox à l'eau de mer. Mais cet acier est "mou" et impropre à la fabrication de lame de couteau.  Par contre, ce qui me dérange, est que cette marque profite de sa notoriétée dans la fabrication d'accastillage inox de qualité, pour signer des couteaux qui eux, n'ont d'inox que le nom. AUCUNE  LAME TREMPEE N'EST INOX VIS A VIS DE L'EAU DE MER ET DES EMBRUNS SALINS ! L'acier H1 est un acier austénitique non trempé dont la dureté est obtenue par écrouissage. Ne soyez pas naïf si on vous propose des couteaux ou des ciseaux destinés à être laissés à bord pour moins de 10 ou 20 € !! Je vends également ce genre de produits, mais j'insiste toujours de mettre en garde sur le fait que ce genre de couteaux ou de ciseaux doivent être impérativement  rincés, séchés et graissés après chaque utilisation. Un bon investissement à moindre coût pour la pêche en mer : Opinel Inox N°9 ou 10. (~ 10 €). Cela coupe et  si on le perd, on ne pleure pas ! Il faut après la pêche , à la maison, le rincer, le sécher et le huiler. Si vous le laisser sur le bateau plus de 10 jours, il est mort !!! Les miracles n'existent pas ! Alors attention et méfiance vis à vis des pub mensongères .